L’Afrique à Panam : La Maison Château rouge - robetrotteuse
23073
post-template-default,single,single-post,postid-23073,single-format-standard,yith-wcan-free,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.4,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

L’Afrique à Panam : La Maison Château rouge

Robetrotteuse, comme son nom l’indique est là pour parler de Robes et rêver de strass et paillettes mais, fort heureusement, pas seulement. Nous ne faisons pas que faire « trotter » nos corps, nos robes à travers le monde mais nos esprits trottent aussi.

 

La mondialisation avec ses + et ses – entre quelques désastres économiques et sociaux a fait naître un joli concept que beaucoup ont tendance à oublier et ce au sein de TOUTES les communautés : le « vivre ensemble ». Terme super à la mode en ce moment, le vivre ensemble existe depuis la nuit des temps. Les guerres, les colonies, les maladies du coeur ont fait naître violence et haine. On aurait même plus tendance à dire que lorsque les cultures se mélangent on devrait davantage parler de « mourir ensemble » ou « vivre séparément ». Mais au delà de ces scènes d’horreur qui rythment notre monde, il existe de jolies histoires, de jolies rencontres.

 

L’ouverture d’esprit des uns et des autres, l’amour d’une femme ou d’un homme, l’amour de deux cultures fait souvent naître de beaux projets.

Alors que je me balade un jour d’automne à Château rouge, fameux quartier de la goutte d’or, je déambule rue myrha, rue Doudeauville, rue Cavé. À plusieurs reprises j’étais passée devant une boutique à la devanture hype et colorée. Ce jour, je me décide à pousser la porte afin de découvrir l’univers d’un concept store qui transpire l’osmose entre différentes cultures.

 

C’est alors que Youssouf m’accueille et que je découvre son monde. Celui qui a réussit à amener un bout de Bretagne à Dakar nous a touché du fond du cœur. Il n’est pas magicien, juste ouvert d’esprit. Il rassemble au lieu de séparer, deux cultures si différentes liées par la mer et la pêche.

Interview de Youssouf

Comment décrirais tu l’esprit de ta boutique ?

Humain

Peux tu nous parler de ton aventure entrepreneuriale ?

J’ai eu ma première aventure entrepreneuriale en 2011. Avec deux amis nous voulions lancer une marque de vêtements responsable. Beaucoup plus tournée autour de l’upcycling. 

C’est très différent de ce que je fais maintenant mais il y a tout de même un point commun entre tout ça C’est l’envie de changer à ma petite échelle le monde qui nous entour et le rendre meilleur. C’est ma motivation. 

Les oiseaux migrateurs, c’est quoi ?

Les Oiseaux Migrateurs est un projet social qui vise à participer de manière collaborative au développement de petites entreprises  grâce à l’amélioration et l’export de leurs produits. Nous souhaitons leur permettre de bénéficier de l’effervescence et de l’intérêt croissant qu’il y a pour le continent.  Au sens plus large, il s’agit de montrer une image nouvelle de l’Afrique, tout en restant authentique. Nous avons voulu intervenir dans trois secteurs en particulier:

  • l’agroalimentaire (avec le projet BANA-BANA)
  • la mode et l’artisanat (Maison Château Rouge).

Car comprendre une culture, c’est non seulement découvrir les coutumes vestimentaires et les pratiques artisanales, mais c’est aussi s’intéresser aux traditions culinaires! 

Nous avons créé cette association mon frère et moi.

D’où est venue cette idée de te lancer dans le commerce ? Plus précisément d’ouvrir cette (ou ces) boutique(s) de prêt à porter en wax ?

C’est un peu un hasard, la marque a été lancée en mai 2015. Il y avait uniquement un site internet. C’était la suite logique. Il était important pour nous de nous installer dans le quartier de Château Rouge par rapport à la dimension de notre projet. Nous achetons tous les tissus chez les commerçants du quartier avec la volonté de participer à notre niveau au développement de l’activité locale mais surtout à la revalorisation du quartier

Puis Château Rouge c’est l’Afrique à Paris. 

Qu’est ce qui a été le plus difficile pour toi dans cette création ?

De comprendre le fonctionnement de l’industrie de la mode. 

Ta clientèle est-elle ethnique ou multiculturelle ? Y a t’il des réactions différentes selon l’origine des personnes qui visitent ta boutique ?

La clientèle est multiculturelle.

Il y a d’un coté des habitants du quartier qui sont heureux de pouvoir porter fièrement une marque locale. On a ensuite une clientèle européenne contente de pouvoir porter un tissu traditionnel qu’ils trouvent beau mais n’ont pas toujours su comment porter sans que cela ne fasse trop ethnique ou décalé. 

Puis on a une clientèle d’origine africaine qui est fière de pouvoir porter différemment un tissu qu’ils ont vu porté par leur mère et grand mère et qu’elles ont porté elles durant des occasions particulières (mariage, baptême et autres).

Maison Château rouge c’est en fait un concept store plus qu’une simple boutique de “fringues” n’est ce pas ? Pourquoi avoir fait ce choix ?

Depuis le début nous avons eu l’envie de proposer tout un univers pour que les gens puissent se projeter dans une culture qui n’est pas forcement la leur. On voulait, dans cette espace, partager nos inspirations avec les livres, mais aussi faire découvrir différents aspects de notre culture en la confrontant à d’autres cultures pour la faire partager au reste du monde. 

Tu as conçu des pochettes, spécialement pour le Bon Marché : peux tu nous en dire un peu plus sur la naissance de ce partenariat, tes motivations ?

Nous avons réalisé 2 collaborations dans le cadre de l’expo Paris du bon marché en plus d’une collection réalisée spécialement pour le bon marché avec 6 imprimés et nos 6 pièces (top, t-shirt, chemise, pantalon et jupes).

Une collaboration avec RSVP sur les pochettes et Bob Carpenter avec des chemises sur lesquelles nous avons mis des empiècements en wax. La volonté du Bon Marché durant cette exposition était de faire rencontrer et collaborer différents créateurs parisiens et mettre en avant un Paris nouveau. 

Penses tu que le WAX dans les sociétés occidentales est une mode passagère ou un phénomène qui perdurera dans le temps ?

C’est particulier. Cela fait plusieurs années que le wax est présent. Aujourd’hui il est simplement plus exposé mais c’est un phénomène qui perdure. Puis nos mères, nos grands mères ont toujours portés ce tissu. Par exemple il y a des patterns qui ont été désigné en 1920 voir plus … 

Pourquoi on aime La Maison Château Rouge

Elle mixe les cultures

Elle crée du lien

Elle N’oublie pas d’où elle vient

Elle valorise son quartier

Elle représente le nouveau Paris au Bon Marché

Elle favorise le développement local

Elle fait porter les couleurs de l’Afrique à TOUS

Elle est stylée

Elle sait marier la Bretagne et Dakar

Elle est le Sénégal

Elle est la France

«Et Les trésors de l’un embellisse les trésors de l’autre. »

Maison Chateau Rouge pour le Bon Marché

Pour en savoir plus sur Maison Château Rouge :

40 Rue Myrha

75018 Paris

Site internet de Maison Château Rouge

Facebook de Maison Château Rouge

Instagram de Maison Château Rouge

Pas de commentaires

Poster un commentaire